Agra et Jaipur, 1 – 3 décembre 2016


Le Taj Mahal dans le brouillard, un voyage en train tout confort, un passage éclair aux portes du Rajasthan, un avion de justesse.

 

Il est plus de 22h lorsque nous arrivons à Agra. Nous avons demandé dans le train une estimation du prix du rickshaw pour rejoindre notre hôtel, non loin de l’entrée Est du Taj Mahal. Un homme nous assure refuser de payer plus de 50 roupies. Cela nous paraît peu pour 8 kilomètres, surtout de nuit.

Notre intuition est bonne, nous obtiendrons finalement une course à 80 roupies en nous éloignant un peu de la gare. Il semble donc qu’avec  nos bouilles blondes, ~10 Rps/km soit le prix plancher (après négociations musclées).

Devant l’hôtel, une parade musicale fait un boucan monstre. Les locaux et touristes virevoltent dans la joie. Nous avalons un dîner végétarien et allons nous coucher.

 

Lever 5h30, nous arrivons les premiers dans la queue du guichet qui ouvre à 6h20. Nous laissons partir la navette pour parcourir les quelques mètres qui nous séparent du site à pieds. À notre arrivée à la porte Est, une petite queue s’est déjà formée.

 

Pendant que nous patientons chacun dans notre couloir (les femmes d’un côté, les hommes de l’autre), Benjamin sympathise avec un anglais so british. Nous l’appellerons Alfred.

Après un contrôle de sécurité très strict, nous progressons dans le brouillard. On ne devine même pas le Taj depuis le fameux ponton d’où sont prises les photos de cartes postales. Nous apercevons tout juste les magnifiques bassins aux couleurs azures.

 

Nous nous approchons et peinons à distinguer ses contours. Des touristes occidentales ont prévu le pack immersion complète avec sari. 

 

Pour monter sur le socle, nous mettons nos sur-chaussures.

 

La porte principale est magnifique, entièrement empiecée avec des pierres semi-précieuses et des sculptures tout en délicatesse.

 

Dans la chambre funéraire trônent les cénotaphes de Shâh Jahân et Arjumand Bânu Begam. Là encore, l’amour transparaît. Benjamin vole discrètement quelques clichés (photographies strictement interdites).

 

Nous patienterons le reste de la matinée en compagnie d’Alfred, à espérer que le vent chasse l’épais brouillard. Alfred fait partie d’un club photo, son kit de voyage fait envie. Il est caustique et lance plusieurs piques à Benjamin. Les répliques fusent de part et d’autres, à l’image des relations historiques entre nos deux grandes nations.

 

Son guide nous fait chercher des chaiLa boisson, illégale  – aucune nourriture n’est autorisée sur le site -, arrive à point nommé car il fait presque froid. Après quelques heures d’attente, enfin il apparaît. Nous sommes frappés par la petite taille de ce mausolée. Il dégage aussi une infinie douceur. Le guide de notre ami anglais nous explique qu’il n’a été nettoyé qu’une seule fois dans l’ère moderne. Comment peut-il conserver sa couleur crème digne des monuments russe, dans ce pays hyper pollué ?

Un élément de réponse : les rickshaws sont interdits de circulation à proximité du site. 

 

 

Nous attendons encore un peu, espérant apercevoir les minarets arrières, mais le temps n’est pas avec nous, et le Taj garde sa part de mystère.

 

MàJ du 18 janvier 2017 :

Alfred, John de son vrai nom, a eu la gentillesse de nous envoyer le portrait qu’il a fait de nous ce jour là.

 

Nous rentrons finalement à l’hôtel vers midi pour rendre la chambre, et allons manger chez Pinch of Spices un cher mais délicieux déjeuner. Nous coupons à travers les quartiers populaires, les enfants rentrent de l’école.

 

Un rickshaw nous emporte ensuite au fort d’Agra. Nous faisons groupe avec Romain et Caroline (les prénoms peuvent avoir changé) pour louer les services d’un guide francophone. Il est drôle et rend cette visite divertissante. Romain et Caroline sont ingénieurs informaticiens expatriés à Dubaï. L’Inde est à quelques heures d’avion pour eux. Il viennent régulièrement en Inde ou au Népal comme on part en week-end en Normandie.

 

Nous négocions un rickshaw incapable de nous déposer à notre destination (bête ou canaille, nous ne paierons que la moitié de la course malgré la pression de ses collègues venus en renfort).

Un mariage se prépare

 

À l’auberge, nous patientons pour notre train. Initialement annoncé avec 4 heures de retard, elles s’accumulent alors que nous bullons dans la salle commune. À 4h30 du matin, Benjamin émerge de sa torpeur pour constater que le retard s’élève maintenant à plus de 14 heures, et il n’y a pas de raisons que cela s’arrête. La décision est prise d’embarquer dans le premier train pour Jaipur.

Nous voici fendant la nuit dans un rickshaw tous feux éteints en direction de la gare.

Le chef de station nous dit que nous venons de rater l’express, qui, manque de chance, est parti à l’heure… Nous expliquons avoir un avion à prendre à Jaipur, il griffonne quelque chose sur notre billet et nous dit de monter dans le prochain train.

Celui-ci arrive bondé… à l’indienne. Nous tentons notre chance en entrant dans un compartiment Sleeper un peu plus clairsemé que les autres, et trouvons refuge sur une couchette haute, têtes bêches. Personne ne viendra la réclamer.

 

L’Inde suit son cours à nos pieds : les vendeurs de chai et de dhal arpentent constamment le couloir, le petit de la famille d’à côté pose trois bouses verdâtres sur le sol, vite essuyées par les parents avec du papier journal…

Le train avance lentement, mais sûrement. Avec deux heures de retard, Jaipur s’annonce par une décharge à ciel ouvert où vagabondent les vaches. Nous descendons du train, pas très frais.

 

Le gérant de notre guesthouse, adorable, nous informe que nous n’aurons pas le temps de faire beaucoup de chose aujourd’hui car les monuments ferment à 17h. Nous tirons un trait sur le fort d’Amber, trop loin.

La svatiska décore le sol du restaurant

 

Après une repas sur le rooftop de la guesthouse d’en face, nous décidons de ne rien tenter d’ambitieux en nous laissant simplement porter le long du grand bazar.

 

Bonnes poires, nous nous laissons conduire dans une boutique d’arrière-cour. Les saris de fêtes “top quality” essayés par Charlotte sont d’une qualité extrêmement médiocre.

 

Devant le City Palace, un conducteur de rickshaw nous aborde pour nous proposer une prestation très différente de ses collègues : des courses à un prix honnête (~10 Rps/km, à défaut de l’utilisation du compteur métrique, ne rêvons toute de même pas).

 

Nous voici partis pour voir le palace Jal Mahal au coucher du soleil. Quelle déception ! C’est une déchetterie au bord d’une avenue.

 

Sur le retour, le chauffeur nous arrête dans une boutique proposant divers artisanats. Les prix sont fixes, ce qui est bon signe. Mais ils ne sont pas affichés…

 

Le lendemain matin, nous décidons de visiter le City Palace avant d’aller à l’aéroport attraper notre vol pour Bombay.

 

Un partie du palais est encore habitée par le Maharadja actuel âgé seulement de 18 ans. L’exposition est très complète et commence avec une collection de vêtements anciens, tuniques, et armures. Puis les différentes enceintes du palais.

 

La visite, passionnante, se termine sur une démonstration de calligraphie et nous quittons un peu plus tard que prévu le palais.

 

Nous devons négocier rapidement avec un chauffeur de rickshaw. Le temps file avant que nous ne tombions sur un chauffeur honnête et efficace. Nous sommes maintenant vraiment en retard, et lui proposons de nous emmener à l’aéroport, et à notre grand soulagement, il accepte pour un prix honnête !!

Nous arrivons 5 minutes avant la fermeture du comptoir, il était moins une.

 

 

La route est longue...

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *